Le Roi des fauves, Aurélie Wellenstein

  • A l'ombre des nénuphars
  • Livres

Parce que depuis sa sortie, ce roman me faisait de l’œil ; parce que j’ai beaucoup aimé le roman précédent d’Aurélie Wellenstein, Chevaux de foudre ; parce qu’il vient de recevoir le prix Halliennales http://www.halliennales.com/le-prix-des-halliennales-2015/ … je vous présente Le Roi des fauves, paru aux éditions Scrinéo.

Le mot de l’éditeur

Poussés par une famine sans précédent, trois amis, Kaya, Ivar et Oswald, prennent le risque de braconner sur les terres de leur seigneur (…).

(…) les trois amis sont condamnés à ingérer un parasite qui va les transformer en « berserkirs ». Au bout de sept jours de lente métamorphose, ils seront devenus des hommes-bêtes, et leur raison s’abîmera dans une rage inextinguible. Le temps de cette transformation, ils sont enfermés dans Hadarfell, un ancien royaume abandonné, dont le passé et l’histoire ont été engloutis par le temps…

Le Roi des fauves, Aurélie Wellenstein

Mon avis

Les toutes premières pages m’ont inquiétée : un héros affublé de ses deux meilleurs amis, une fille surdouée et un garçon timide, cela me rappelait étrangement Harry Potter. Sans compter que ces univers pseudo-médiévaux sont tellement courants qu’ils me déclenchent une réaction quasi allergique… Et pourtant, je me suis laissée attraper par ce court roman, qui exploite les codes du conte – le chiffre 3, donc, mais aussi la forêt dangereuse, la transgression de l’interdit par le héros, la magie dont on ne connaît pas l’origine, la lutte contre la part animale – pour en tirer l’aspect le plus sombre et finalement faire exploser ce cadre. La tension créée par le compte à rebours de la transformation en berserkir est diablement efficace. De plus, le style très graphique de l’écriture rend certaines scènes particulièrement fortes, comme celle de l’arrivée au château du roi.

L’évolution des personnages, notamment celle d’Ivar, n’est pas du tout celle à laquelle je m’attendais, et j’ai apprécié être ainsi surprise : sans concession, l’auteur exploite le pire qui sommeille en chacun d’eux, mais donne à voir également le côté « humain » des monstres. L’illustration de la couverture (créée par Aurélien Police) rend très bien cette ambivalence, ainsi que la montée en puissance du cauchemar.

Le thème central : comment vivre avec notre part animale, est le même que celui de la trilogie de Cindy Van Wilder, Les Outrepasseurs (parue chez Gulf Stream éditions), dans laquelle cette part sombre des contes est également exploitée. À croire que j’aime lorsqu’un auteur gratte le vernis du merveilleux pour en faire surgir l’épouvantable.

Ce court roman se lit d’une traite ; une écriture soignée, une histoire qui éclate les codes du genre et des images qui restent en tête longtemps après avoir refermé le livre. Espérons qu’un tome 2 soit en préparation, il reste trop de questions ouvertes et d’aspects de l’univers à explorer.

À lire aussi

Les Outrepasseurs, de Cindy Van Wilder, Gulf Stream éditions http://www.gulfstream.fr/livre-272-les-outrepasseurs.html

Extrait

« Le soleil finit par apparaître au-dessus des cimes, projetant une lumière éclatante sur les pentes enneigées de la montagne. Les brumes se dispersèrent. La vallée réapparut, fumante, ses flaques miroitant comme des nappes d’argent. Vues de haut, les pierres veinées de runes bleues paraissaient toutes petites, à peine plus impressionnantes que des jouets.

Ivar resta un moment à regarder ce spectacle, ému. C’était probablement la dernière aurore qu’il contemplait en tant qu’humain. »

(Chapitre XVIII, p. 203.)

Informations complémentaires

Le Roi des fauves, d’Aurélie Wellenstein

Éditions Scrinéo ; distribution Volumen

Illustration d’Aurélien Police

16,90 €

Date de parution : 21 mai 2015

ISBN : 9782367403021

352 pages

Pour aller plus loin

Site de l’auteur : http://lafilleperchee.com/

Site de l’illustrateur : http://www.aurelienpolice.com/

Mariedelabas 28/10/2015 17:15

Très bonne analyse du roman, avec un éclairage très juste !

A l'ombre des nénuphars 28/10/2015 17:47

Visiblement nous avons la même analyse ;) Ravie de te voir par ici !

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog