Une aventure à la FNAC : 4/4

 

Le dernier volet et la conclusion de mon expérience de jury FNAC !

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/3/7/0/9782267021073.jpgCronos


Résumé FNAC : À Zaroffcity, les interdits et les contraintes sont légion. Régie par une hydre à deux têtes, le Grand Guide et son ministre de l’Intérieur Karaci, la cité est placée sous le régime de la terreur. Rafles, arrestations, exécutions arbitraires et incendies sont son lot quotidien. Contre toute attente, Una, l’épouse de Karaci, écrit clandestinement à son exilé de frère des lettres qui sont loin de prouver son allégeance au pouvoir. Progressivement, elle rejoint les opposants. Elle est déterminée à débarrasser la ville de son cancer, le karacisme. Comme dans les précédents romans de Linda Lê, chaque personnage s’impose à notre imagination, prend vie et nous attire dans son univers particulier, nous entraînant hors de la réalité, dans une réalité plus subtile, plus poétique, plus neuve. (...)

 

Mon avis :

La couverture m’avait intriguée. Me refusant à lire la quatrième de couverture, j’attaquai ce roman en aveugle, sans savoir à quoi m’attendre.

Comme dans les deux précédents, je retrouvai des personnages qui subissent la puissance de la politique dans leur histoire personnelle ; la réalité décrite ne m’a pas semblé « plus neuve », mais terriblement crue. Ce récit décrit la montée en puissance d’une dictature, avec la mise en place de chacun des rouages et des verrous de soumission qui empêcheront toute résistance, à l’intérieur du pays comme à l’extérieur.

Cela m’a rappelé des conversations en Grèce avec des personnes ayant vécu la junte militaire : alors que certaines m’expliquaient pour les unes comment elles n’avaient compris la nature du régime que lorsqu’il était tombé et que les langues s’étaient enfin déliées de la peur, et les autres, qui avaient été actives dans la « résistance », restaient silencieuses, quarante ans après la chute.

Une histoire profondément pessimiste, c’est vrai, une fois encore dérangeante : on soulève un coin de tapis et on découvre les saletés accumulées que l’on ne voulait surtout pas voir.

 

Quelle expérience !

Pour chaque roman, il a fallu remplir une fiche de lecture détaillée qui m’a obligée à réfléchir aux points forts et aux faiblesses de chaque style et de chaque intrigue ; puis j’ai dû attribuer une note à chaque œuvre, tout cela en un temps relativement court : quatre semaines, si l’on prend en compte le fait que durant la même période, j’avais bien sûr d’autres activités à mener en parallèle.

Au-delà de l’exercice intellectuel, j’ai apprécié le fait de découvrir ces auteurs. Pour être honnête, avoir le sentiment qu’on a un rôle à jouer dans le choix d’un prix littéraire nationalement connu est grisant ! Cela fait de nouveaux titres à défendre en magasin...

 

Pour rappel :

 

Episode 1.

Episode 2.

Episode 3.

 

BONUS !

La vidéo FNAC qui explique la sélection du jury :

 

Cristophe 04/12/2010 18:20


Mouais... Je me demande bien ce qui a présidé au choix de ces quatre romans parmi une multitude.


A l'ombre des nénuphars 05/12/2010 13:49



Bah, il n'y a jamais que plusieurs centaines de romans à chaque rentrée littéraire !


J'en ai eu quatre à lire, mais celui qui a finalement remporté le prix FNAC (Purge, de Sofi Oksanen) n'y figurait pas. Je suppose qu'il y avait bien plus de romans soumis aux 900 personnes du
jury, mais je ne sais pas comment ils ont finalement été départagés.



Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog