Le bleu est une couleur chaude

  • A l'ombre des nénuphars
  • Livres

Bleu_Maroh_Glenat.jpgUn bandeau promotionnel, une couverture et un titre qui intriguent… qui accrochent le regard. Ce n’est pas parce qu’elle a inspiré un film primé à Cannes qu’il faut faire son fier et passer outre : n’hésitez pas et ouvrez cette sublime histoire d’amour.

 

Le mot de l’éditeur
Le roman-graphique bouleversant d'une vie qui bascule grâce à l'amour
« Mon ange de bleu
Bleu du ciel
Bleu des rivières
Source de vie… »
La vie de Clémentine bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune fille aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir toutes les facettes du désir.
Elle lui permettra d’affronter enfin le regard des autres.
Un récit tendre et sensible.

 

Mon avis
En feuilletant le livre, j’ai tout de suite aimé l’ambiance particulière des couleurs. Je ne savais pas à quoi m’attendre en achetant cette BD, et j’avoue avoir été convaincue par mon libraire qui m’a simplement dit « C’est très beau, tu verras ». Venant de lui, cela valait tous les compliments du monde… et j’ai donc suivi son conseil.
« Mon amour,
Quand tu liras ces mots, j’aurai quitté ce monde. »
Ainsi commence la dernière lettre de Clémentine à Emma. Et nous plongeons alors avec Emma dans les mots, les souvenirs et les émotions de Clémentine, à partir du jour où elles se sont rencontrées.
À mes yeux, leur histoire est une histoire « comme les autres », avec espoirs, désirs, attentes, malentendus, réconciliations, le tout teinté d’un amour immense. Aux yeux des parents et de nombre de « proches » de Clémentine, cette histoire n’est au contraire pas comme les autres : elle est inacceptable. À travers les mots de Clémentine, on ressent la méchanceté de ceux capables de l’insulter parce qu’elle aime une fille ; on a des envies de coups de poing qui montent parfois. Et on aimerait que chacun d’entre nous ait la chance de vivre une relation aussi forte.
Après le retour des zombies porteurs de haine homophobe que la France a subi cette année, cela m’a fait vraiment du bien à l’âme de voir quelqu’un lutter en utilisant avec un talent incroyable la puissance de l’amour.
Des jours sont passés depuis que j’ai lu, d’une traite, cette longue BD ; que je me suis perdue dans le bleu de certaines de ses planches ; que j’ai pleuré aussi. Le bleu est peut-être une couleur chaude, une chose est sûre : Julie Maroh est une auteure qui m’a bouleversée.
J’attends avec impatience la sortie du film (en espérant que La Vie d’Adèle soit autant puissant que Le Bleu…) et de pouvoir acheter Skandalon, le nouveau titre de Julie Maroh.

EDIT :

Et en plus, ça se passe à Lille, une ville que j'aime beaucoup, où j'ai toujours été fort bien accueillie. :)

 

Bonus
Les premières planches sont consultables en ligne ici

 

Informations complémentaires
Le Bleu est une couleur chaude, de Julie Maroh, édité par Glénat
Genres : Graphisme -Audace du dessin – Collection : Hors Collection
Format : 225 x 320 mm – 160 pages
Façonnage : Souple
EAN/ISBN : 9782723467834
Prix : 15,50€
Diffusion : Glénat Diffusion – Distribution : Hachette Livre

Cristophe 19/09/2013 22:43

Exemple d'un vrai roman-graphique : "Tamara Drewe" de Posy Simmonds.

Mais avec mon mauvais esprit, je pourrais dire qu'il s'agit d'un roman illustré. d:-)

A l'ombre des nénuphars 20/09/2013 09:30



Je note, je note... Merci ! :)



Cristophe 19/09/2013 22:21

Il y a quelque chose que je trouve ultra-ridicule depuis quelques années : c'est l'appellation "roman-graphique" alors que ça reste une bande dessinée comme il en existe depuis longtemps. On croit
que ça fait pluss noble que "bande dessinée" ? Ainsi ça va mieux se vendre ? Ou on considère que l'appellation "bande dessinée" est dévalorisante ?

Passée la connerie de l'éditeur, oui c'est un bon livre !

A l'ombre des nénuphars 19/09/2013 22:36



Normalement, "roman graphique" est utilisé pour les oeuvres avec beaucoup plus de texte que les bandes dessinées "classiques" ; dans les romans graphiques, on a souvent une structure non pas en
cases, mais en illustrations et textes. Il y a donc une réelle différence de présentation et de type de contenu entre un roman graphique et une BD.


Ici, toutefois, c'est une BD, en effet, pas un "roman graphique".



Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog