La Somme des rêves

  • A l'ombre des nénuphars
  • Livres

Dans les romans de fantasy, on évoque souvent la magie : les mages ou sorciers possèdent le véritable pouvoir, du fait de l’étendue et la puissance de leurs savoirs occultes…
Et si, dans un monde où la magie existe, les mages avaient été éradiqués ? Et si ce « drac » était devenu honteux ?

http://3.bp.blogspot.com/-0lXf8a0SwyI/UHxQcaERJ6I/AAAAAAAABBk/swFbEGBChj8/s320/somme.jpgLe mot de l’éditeur
« Les Mages Bleus, servants de l'Equilibre, ont été décimés, mais l'un des leurs a survécu au prix de son honneur, motivé par le besoin impérieux de transmettre la vie.
Le jeune Cerdric, né bréon de la noble famille Tirbald, va, quant à lui, affronter une mère qui ne l'a pas désiré, un monde qui semble incapable de l'aimer.
Et si la solution à ses tourments résidait dans la Marche voisine, là où vit son mystérieux père, en exil ?
Mais au terme de son voyage, Cerdric recevra surtout le poids d'un secret terriblement lourd à porter : celui de la Somme des Rêves, une espérance de renouveau pour ceux qui refusent de s'incliner devant les dieux... »

Mon avis
Bien qu’ayant acheté ce roman dès sa sortie lors du festival Cidre et Dragons, et bien que l’auteur et l’illustrateur m’aient fait la gentillesse d’une dédicace et d’un dessin, j’ai mis du temps à m’y plonger. Les recueils de Nathalie Dau m’avaient bouleversée ; suite à la lecture de nouvelles particulièrement fortes, j’avais même rêvé de ces univers torturés et souvent terrifiants. Je craignais de plonger aussi profond, non plus dans des textes courts mais dans un roman dense de 364 pages.

Est-ce parce que le narrateur est un adolescent et non une femme ? J’ai réussi à garder du recul, à ne pas me faire happer trop loin par ce jeune homme qui cherche à comprendre son histoire et celle de ses parents. Méprisé (haï ?) par sa mère, élevé par un homme qu’il sait ne pas être son père biologique, il cristallise en lui les colères et les peurs d’une grande part de son entourage. On découvre un roman d’apprentissage, au sens classique du terme.

Ce roman est un roman de contrastes : entre le narrateur et avec l’autre personnage-clé du récit, qui lui est « la somme des rêves » de différents mages ; entre une société qui se veut rationnelle et la magie qui imprègne la trame de l’univers ; entre les différents maîtres du jeune homme, quelle que soit leur nature profonde (les moins humains ne sont pas ceux qu’on pense) ; enfin, entre la poésie des paysages et l’horreur des actes qui y sont commis. Loin de l’heroic fantasy gonflée aux hormones trollesques ou « elfféminée », on plonge ici dans un monde où le merveilleux est prégnant, mais sans idéalisme quant à la cruauté cachée par l’âme humaine.

 

Nathalie Dau cite Marion Zimmer Bradley dans ses sources d’inspiration, et il est vrai que j’ai retrouvé ici un peu du souffle de La Romance de Ténébreuse.


En fin de ce premier tome ont été ajoutées des annexes qui permettent de prolonger un peu le rêve : les textes concernant les différentes fêtes et l’illustration de « la roue de l’année » sont suivis de deux nouvelles : une très belle « Cosmogonie » expliquée par son protagoniste (quel dépaysement que d’être dans la tête d’une divinité !) et le poignant « Ton visage et mon cœur » que j’avais beaucoup aimé dans l’anthologie Victimes et bourreaux des éditions Mnémos , mais qui prend ici toute son ampleur au regard de ce que l’on sait désormais de l’univers de Nathalie Dau.

Enfin, je regrette que, tout comme pour  La Pucelle et le Démon, les éditions Asgard n’aient pas de fiche dédiée à ce roman sur leur site. J’ai donc repris le résumé et la photo sur le site de la librairie L’Antre Monde que je remercie.

Informations complémentaires
La Somme des rêves, de Nathalie Dau (Le Livre de l'Enigme, tome 1) – 19 €
Editeur Asgard

Diffusion : Les Belles Lettres
Date de parution : septembre 2012
ISBN : 2919140566 – EAN : 978-2919140565
Illustration : Mathieu Coudray

Autres titres de Nathalie Dau :

Contes myalgiques et Contes myalgiques II, éditions Griffe d'Encre (recueils de nouvelles)

Les Débris du chaudron, éditions Argemmios (roman court dans l'univers celtique)

 

BONUS ! Retrouvez l'interview de Nathalie Dau par Rêves & Cris n°12



Cristophe 13/01/2013 17:04

Je trouve sur le marché de Tulle un excellent fromage, bleu de brebis, à une douzaine d'euros le kilo, qui vaut tous les roqueforts...

A l'ombre des nénuphars 15/01/2013 14:14



Rhoooooooooooooooo... le pire, c'est que je suis sûre que ça ferait rire Nathalie Dau !



Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog