Bouquinistes à l'honneur ! 2/2

(Suite de l'interview de Fred et Thierry démarrée ici.)

 

AON (A l'ombre des nénuphars) : L’événementiel (dédicaces, salons, etc.) : participez-vous, organisez-vous ? Y a-t-il un impact sur le chiffre d’affaire ?
Fred : je ne peux pas participer à de l’événementiel. Je suis seul pour le magasin, ce n’est pas facile. Il faut du matériel : barnums, etc., qui demande de l’investissement.

AON : On dit que les ventes de livres baissent régulièrement depuis cinq ans... Soyons optimistes ! Quel est votre public le plus assidu ?
Fred : la librairie est spécialisée, c’est donc un public de passionnés, de tous âges et de tous revenus. En y réfléchissant, je n’ai que des collectionneurs, pas de collectionneuses, pas de femmes qui collectionneraient tous les numéros d’une parution.
Thierry : mon public est plus féminin que masculin, et s’intéresse surtout à l’art et à la littérature, aux romans. Sur les marchés, on voit rarement des stands spécialisés pour les hommes. Par contre, les hommes vont acheter plus facilement de grosses pièces [= des livres de grande valeur] que les femmes.

 

(A suivi une discussion particulièrement amusante sur les achats différenciés entre hommes et femmes.)

AON : Quel est votre regard sur la numérisation des textes en général et la lecture sur liseuse et tablette en particulier ?
Fred : je n’y crois pas pour mon public, parce que j’ai essentiellement des collectionneurs. Dans le livre neuf, ça se développe énormément. À mon avis, les jeunes qui ont entre 13 et 15 ans, qui sont nés avec un Palm dans la main n’ont pas de problème avec ça.
Thierry : je ne crois pas « au livre numérique », parce que rien ne vaut le papier pour les vrais lecteurs. Je connais peu de gens qui lisent ainsi ; ça ne tuera pas le livre ! les nouvelles technologies disparaîtront, mais le livre restera.
http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/imagecache/c_visuel_cat_w120px/couv_jpg/9782742762590.jpghttp://www.gallimard.fr/couv_mini/01002431851.gif?13176493792650.4043429993196608
AON : Quel est votre titre préféré ?
Fred : Lignes de faille, de Nancy Huston. Exceptionnel !
Thierry : La main coupée, de Blaise Cendrars.

AON : Voulez-vous ajouter un conseil pour Gertrude qui veut se lancer dans sa librairie, ou un dernier mot aux lecteurs du blog ?
Fred : pour Gertrude... faire un héritage avant de se lancer ! Et avoir la foi ! Plus sérieusement, avoir de l’argent de côté pour les débuts, pour éviter de fermer faute de trésorerie.
Thierry : pour les lecteurs... lisez ! Pour Gertrude, si on en a envie, il faut se lancer coûte que coûte. Vendre des livres, c’est vraiment un métier ! Il faut les trouver, les évaluer, les recouvrir, les remettre en état...

Merci beaucoup, messieurs ! Et bonne continuation :)

 

 

Carte d’identité des deux libraires à l’honneur :

 

Nom des personnes interviewées :

Fred Rousseau – Thierry l’ambulant

 

Nom de la bouquinerie :

Le coin du polar – pas de magasin pour Thierry !
les trouver : Place des Quatrans, 14000 Caen, pour Fred – les marchés pour Thierry, à Caen les premiers samedis du mois en hiver
 

 

Site Internet / blog / forum / etc. :

seulement Fred, avec une page Facebook et un site : http://www.polar-sf.fr/ (très important dans l’activité de la bouquinerie !)
 

 

Surface en m2 :

35m2 pour Fred – un petit camion pour Thierry

Nombre de titres en rayon :

9000 à l’ouverture pour Fred, environ 17 000 à date – entre 10  et 15 000 pour Thierry

Année de début d’activité :

2007 pour Fred et 2002 pour Thierry

Alba 08/10/2011 12:20


Question qui m'intéresserait : pourquoi choisir d'être bouquiniste plutôt que libraire ?


A l'ombre des nénuphars 09/10/2011 22:17



Très pertinent ! On ne l'a pas évoqué ainsi mais j'ai demandé plusieurs fois à Fred pourquoi il ne proposait pas de livres neufs dans sa bouquinerie.


Les différences entre bouquinerie et librairie que nous avons alors évoquées portent... :


1. sur les thèmes de prédilection et la gestion de l'assortiment en magasin (en librairie, on ne peut pas se faire pas plaisir en gardant en rayon l'intégrale de la collection Fleuve Noir
Anticipation) ;


2. sur la trésorerie nécessaire (bien plus importante pour la librairie),


3. sur l'application de la loi Lang qui a un impact sur la marge (les prix sont à peu près libres en bouquinerie).


Il s'agit de deux métiers, même si le "produit" reste le livre. Et le moteur, la passion ^^.



Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog