L'arche des étoiles de Stéphane Pavanelli chez NumerikLivres

Pas simple de chroniquer un 2e tome sans trop révéler de l’intrigue du premier… Allez hop, je me lance malgré la difficulté.

Resituons le contexte : Zina et Émilion sont des adolescents qui se sont rencontrés dans la ville de Pyros, une cité dans un milieu désertique, où l’eau est rationnée et constitue la monnaie d’échange, et où le fret avec les autres cités est assuré par des voiliers volants, hérités du « peuple des étoiles ». Zina a très vite compris que sous le coup d’émotions violentes, elle est capable d’agir par la pensée. Dans la mythologie locale, ce pouvoir est celui des « éclairés » qui annoncerait une ère nouvelle. Émilion l’aide à fuir Pyros et à chercher ses origines. Le premier tome est centré sur le point de vue de Zina et Émilion.

(Ma chronique du tome 1 est ici : http://alombredesnenuphars.over-blog.com/2016/10/la-voyageuse-d-ayanar-de-stephane-pavanelli.html )

La 4e de couverture du tome 2
À Antelonya, Émilion et Zina ont renoncé à obtenir des réponses sur les origines de la jeune fille et sur la prophétie, jusqu’à ce qu’ils rencontrent Lénaïs, une ancienne exploratrice. (…)

Au-delà des frontières du territoire connu commence ainsi la quête de l’Arche des étoiles, et celle des origines de l’humanité.

L'arche des étoiles de Stéphane Pavanelli chez NumerikLivres

Mon avis
Après les chaleurs étouffantes et la soif dans le tome 1, on découvre ici d’autres climats et d’autres façons de vivre : en harmonie avec la forêt chez les Inoéens, ou à la façon des citoyens de l’Athènes antique ou de Rome dans la cité d’Antelonya. L’auteur a donc réussir à éviter l’écueil de nombreux romans et films de science-fiction dans lesquels les planètes sont mono climat et les populations uniformes à l’échelle d’un monde (pensez à Star Wars !). Comme dans le tome 1, j’ai été particulièrement impressionnée par les descriptions teintées de poésie des lieux de vie : la ville immergée dans la canopée des Inoéens m’a rappelé la symbiose des Océlions avec leurs arbres dans la série Le Soldat Chamane de Robin Hobb ; et la cité majestueuse d’Antelonya n’a rien à envier à Athènes, à laquelle la toponymie et les noms des habitants font référence de façon explicite (même si le Laërte de Stéphane Pavanelli n’est certainement pas de la même pâte que celui d’Homère !).


Les points de vue sont multipliés : celui de Zina et d’Émilion, mais aussi celui des personnages secondaires tels Horizon, la prêtresse au comportement ambivalent dans le premier tome ; Hébée, la servante dévouée, mais qui en réalité est un personnage clé entre des peuples au mode de vie et aux croyances fort différentes ; Oakeim, le soldat soucieux de remplir son devoir et ayant conscience que le devoir du soldat n’est pas forcément d’obéir aveuglément aux ordres, mais bien de défendre son prochain ; Lénaïs, l’exploratrice en apparence rangée, mais qui n’a pas oublié le frisson de ses années d’aventurière… Cette mosaïque de points de vue permet de donner consistance à ces personnages secondaires, qui chacun mériterait sans doute qu’on découvre son histoire plus en détail. Par un effet miroir, cela donne consistance également à Zina et Émilion, même si on entend moins leur propre voix que dans le tome 1. Enfin, au fil du récit, Zina découvre l’histoire de sa famille biologique, ce qui permet également à l’auteur d’aborder le thème de la transmission entre les générations.


Deux tomes courts qui nous font donc voyager entre désert et forêt vierge, entre villages minuscules et cités gigantesques, mais qui surtout nous font nous interroger sur le thème de notre rapport à nos origines, qu’elles soient familiales ou civilisationnelles, et sur l’importance de la mémoire. Le tome 2 s’achève en une fin ouverte qui nous laisse sur notre faim ! Il y aurait matière à une suite (avis à l’auteur !)… 
 

Un mot sur la maquette
Impression numérique ; couverture sensation "peau de pêche" ("soft touch") très agréable, pages blanches, et jolie police de caractères toute ronde facile à lire et élégante.

Comme tous les livres, des coquillettes, notamment sur la conjugaison du verbe "courir". À la décharge de la maison d'édition, c'est une des erreurs les plus courantes que de mettre deux R à l'imparfait de "courir" et de "mourir" (mais ça reste faux). Correcteurs, ouvrons les yeux ;).

 

Prologue et chapitre premier
http://livre.immateriel.fr/fr/read_book/2KGM9DA

 

Bonus
Une maquette de la ville de Pyros a été réalisée et a été visible du public pour la première fois au festival Les Aventuriales à Ménétrol (près de Clermont-Ferrand).

 

Informations complémentaires
La Voyageuse d’Ayanar, tome 2 : L’arche des étoiles de Stéphane Pavanelli
Éditions Numeriklivres http://numeriklivres.info/
Publication : 29/08/2017
250 pages
Collections : Collection 2.0.12 — SF, Fantastique, Terreur
Numérique : 5,99 € — ISBN : 9782377330591 
Papier : 16 € — ISBN : 9782377330584

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog