Of mice and men de John Steinbeck

  • A l'ombre des nénuphars
  • Livres

La littérature mondiale regorge de trésors, des textes immanquables que tout un chacun se doit d’avoir lu pour ne pas passer à côté des nombreuses références qui y sont faites ailleurs, par exemple dans la littérature et dans le cinéma.

Parmi ces chefs-d’œuvre, Of Mice and Men, de John Steinbeck.

Le mot de l’éditeur

(Traduction personnelle et donc approximative, vous excuserez ma maladresse !)

George et son ami Lennie, immense et à l’esprit un peu limité, sont deux paumés, qui vont là où le travail les emporte. Alors qu’ils arrivent dans la vallée de Salinas en Californie, ils trouvent du travail dans un ranch. George promet à Lennie que s’ils réussissent à éviter les ennuis, ils pourront s’acheter un bout de terre pour s’y installer. Mais Lennie, à l’âme d’enfant, est victime de sa propre force. Vu par les autres comme une menace, il ne sait pas contrôler ses émotions. Et un jour, même George ne pourra plus le sauver.

Of Mice and Men est une histoire tragique et émouvante d’amitié, de solitude et de désolation.

Of mice and men de John Steinbeck

Mon avis

En entrant dans ce texte, oubliez la construction scénaristique que l’on retrouve partout depuis des années, à savoir : 1. Exposition, 2. Crise, 3. Moment de lumière, 4. Re-crise, encore plus grosse, 5. Résolution et ouverture (pour annoncer le tome suivant). Oubliez ça et laissez-vous plutôt emporter dans cette petite centaine de pages, un tout petit roman en taille… mais d’une puissance ahurissante. L’auteur prend son temps pour nous présenter ses protagonistes, par une scène introductive dans laquelle le moindre détail compte. Les personnages prennent vie sur la page, et vous vous retrouvez embarqué avec George et Lennie, mais aussi Crooks l’homme préposé aux chevaux, et les autres ouvriers – Slim, Whit et Carlson notamment. On est dans un univers masculin, dans lequel la seule femme déambule comme une apparition, à la marge. Dans ce ranch perdu au milieu de nulle part, on vit un huis clos avec ces personnages dont on ne connaît pas vraiment l’histoire : comme George et Lennie, on débarque dans ce lieu inconnu aux codes qu’on ne comprend pas encore. Une seule certitude : la violence latente, qu’elle soit physique ou psychologique, sur laquelle les rêves se fracassent.

Je ne sais pas si la traduction rend bien cette ambiance noire, les accents différents de chacun des protagonistes. Une certitude : si c’est un classique, ce n’est pas par hasard. Bouleversant.

Informations complémentaires

Of Mice and Men, de John Steinbeck

Penguin fiction

ISBN 978-0-241-95248-1

Size : 111 x 181mm

Pages : 112

Site de l’éditeur : http://www.penguin.co.uk/books/of-mice-and-men/9780241952481/#S70jix0E6h2PXAtY.99

De nombreuses traductions et éditions en français.

Cristophe 04/10/2015 22:08

Au sujet de tes mots sur la construction [...] pour annoncer le tome suivant, il ne faut pas prendre tes cas SFFFF pour une généralité. d:-)

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog