Mais je fais quoi du corps ? d'Olivier Gay

  • A l'ombre des nénuphars
  • Livres

Après la terrifiante violence de Steinbeck, et entre deux tomes de la somme historique d’Olivier Delorme sur La Grèce et les Balkans, j’ai eu besoin d’un peu de légèreté… et j’ai donc lu Mais je fais quoi du corps ?, d’Olivier Gay, troisième aventure de son héros parisien Fitz.

Le mot de l’éditeur

Alors que Fitz s’apprête enfin à présenter une petite amie crédible à ses parents, il reçoit un appel d’un de ses clients VIP, le politicien en vue Georges Venard. Ce dernier a besoin de « soleil », et vite, et exige d’être livré à domicile. Devant l’appât du gain, Fitz plaque sa famille et ses bonnes résolutions et fonce chez Venard… pour trouver porte close et son portable sur répondeur. Le lendemain matin, le politicien fait la une de tous les journaux : il a été retrouvé mort chez lui et l’enquête conclut au suicide. Mais le doute s’instille dans l’esprit de Fitz. Pourquoi son appartement est-il visité en son absence et se retrouve-t-il bientôt avec des tueurs à ses trousses ? Et cet homme louche que Fitz a croisé dans l’escalier en se rendant chez le politicien, pourrait-il avoir un rapport avec la mort de Venard ? Fitz aura bien besoin du secours de ses amis de toujours, Deborah et Moussah, pour se sortir de cette sombre affaire.…

Mais je fais quoi du corps ? d'Olivier Gay

Mon avis

On ne se lasse pas de lire les aventures de Fitz, Parisien qui vivote de son trafic (un modèle à ne pas suivre, hein), aussi à côté de ses pompes que peut l’être le héros de la série Bref lorsqu’il s’agit de vie sentimentale, et tout autant maladroit dans ses enquêtes. Avec, ici ou là, un coup de génie inattendu, petite lumière d’espoir. Après s’être mesuré à un tueur en série dans le premier opus, et à des kidnappeurs de mannequins dans le deuxième, il se met en tête de résoudre le mystère du suicidé pas si suicidé que ça et les épouvantables affaires de gros sous qu’il pense deviner. Toujours drôle, une intrigue rondement menée, et des ingrédients que l’on retrouve d’un titre à l’autre, comme cette maladresse et ce sens de l’autodérision qui rendent Fitz fort sympathique (alors que dans la vraie vie, un Fitz doit être insupportable !).

Les trois histoires peuvent se lire de façon indépendante, mais ici ou là l’auteur se réfère aux tomes précédents : mieux vaut donc commencer par Les Talons hauts rapprochent les filles du ciel, puis Les Mannequins ne sont pas des filles modèles, avant celui-ci.

(… Et on m’annonce dans l’oreillette que le tome 4 est sorti le 18 mars en grand format : Trois fourmis en file indienne.)

Pour résumer : un très bon moment de détente, bien écrit, enjoué… un polar qui fait du bien, et dans lequel on notera l’importance de Paris, presque un personnage à part entière (comme dans les tomes précédents).

Extrait

« D’habitude, je parvenais à échapper à la sanction du main, mais il fallait croire que j’avais forcé sur les mélanges.

Je tentai de me concentrer, de trouver ce qui clochait, mais le lit était moelleux, et la voix du journaliste me berçait. (…) Puis, cela me frappa. Sept heures du matin ? Comment ça, sept heures du matin ?

(…) Mon mal de crâne empira alors que je me redressai sur le coude.

Une femme reposait à côté de moi, sur le ventre, la respiration calme malgré le ronronnement de la radio. Longs cheveux bruns, peau claire, tatouage de dragon sur l’épaule.

Ah, nous progressions. Ce scénario devenait familier.

Je n’étais pas dans mon studio, car j’avais suivi une fille chez elle. (…)

— Salut, Fitz.

Je n’avais pas la moindre idée de son prénom. Je ne me rappelais pas comment nous nous étions rencontrés. Je ne me souvenais pas de ma prestation de la veille. Je me frottai les yeux dans l’espoir d’une révélation subite, mais non, rien ne remontait à la surface. Pour la centième fois de l’année, je me jurai de limiter ma consommation d’alcool.

— Salut toi, murmurai-je en retour. Bien dormi ? »

(p. 20-21)

Informations complémentaires

Mais je fais quoi du corps ? d’Olivier Gay

Éditions Le Masque ; distribution Hachette

EAN : 9782702442340

Masque Poche

Parution poche : 18/03/2015 (3/01/2014 pour le grand format)

318 pages

6,90 €

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog