Passage, Angers : atelier d'écriture

Sur les bords de la Maine, face à la ville médiévale d’Angers, se tient un bâtiment de verre et de couleurs : Le Quai. On y trouve deux salles de théâtre, un restaurant, des amateurs de rollers le soir… S’y tient pour quelques jours (du 15 au 19 octobre 2014) Pas[s]age, une rencontre qui a pour vocation d’inciter à la lecture les 9-13 ans. En cette première journée, j’ai pu déambuler entre expositions, librairies et ateliers animés par des auteurs, illustrateurs, dessinateurs… Et j’y ai croisé des enfants joyeux et curieux.

Par exemple, ceux qui ont participé à l’atelier d’écriture animé par Ahmed Kalouaz.

Passage, Angers : atelier d'écriture

Par la porte vitrée, on voit des enfants sagement assis à des tables qui forment un grand U ; deux adultes me tournent le dos, et un troisième, sur lequel tous les regards sont braqués, parle, debout. J’ouvre doucement la porte et me glisse dans la pièce, pour voler quelques minutes de cet atelier d’écriture pour des enfants de 9 à 13 ans.

« …Je vais vous faire faire une dictée. »

Soupirs et quelques exclamations outrées dans l’assistance : comment ?! On leur a promis qu’ils allaient jouer avec les mots, et voilà qu’on les soumet à la torture ! Toutefois, la consigne n’est pas terminée.

« Ceux parmi vous qui sont droitiers vont prendre leur stylo dans la main gauche. Et ceux qui sont gauchers vont prendre leur stylo dans la main droite. »

On s’agite, on s’interroge : c’est bizarre, comme début de dictée…

« Vous êtes tous prêts ? Vous allez écrire le titre : "Les singes". Là, non, pas trop gros… Et toi, resserre un peu, pour avoir la place de la suite. Et toi, là… »

Passage, Angers : atelier d'écriture

Les enfants – et les deux adultes qui les accompagnent – jouent le jeu ; on soupire, on s’applique, on ricane devant la difficulté, on souffle de découragement, on s’affale sur la table… tandis qu’Ahmed Kalouaz continue à distiller conseils par-ci et encouragements par-là. Puis la dictée commence. Certains écrivent la phrase entière, d’autres n’arrivent pas jusqu’au bout : c’est que cela prend du temps, d’écrire de sa « mauvaise » main ! Voilà qu’en quelques minutes, on doit tout réapprendre : comment tient-on un stylo ? Comment empêche-t-on la feuille de bouger ? Dans quel sens forme-t-on cette lettre ? Lorsqu’on entend « c’est terminé », la phrase sonne comme une délivrance.

Tout à la fois amusée et intriguée, je me demande où veut en venir l’auteur en ajoutant ainsi une difficulté physique à cet exercice déjà si contraignant qu’est la dictée.

« Dans mon travail, je côtoie des personnes qui ont beaucoup de mal à écrire, ou qui ne savent pas écrire. Certaines vivent en France depuis peu… »

La voici donc, la clé de cet exercice : faire prendre conscience à ces enfants pour qui, en quelques mois à peine, l’écriture est devenue un acte naturel, que c’est le résultat d’un long travail, que cela demande des efforts – et peut-être aussi que lorsqu’on arrive en pays étranger, on se retrouve aussi démuni que lorsqu’on doit écrire de sa « mauvaise main ».

Leur stylo à la main, les enfants sont captivés par le talent de conteur d’Ahmed Kalouaz.

 

Quant à moi, à petits pas, je retourne vers la porte pour aller voler d’autres minutes à d’autres ateliers…

Passage, Angers : atelier d'écriture

Pas[s]age : cinq jours de rencontres entre artistes (auteurs, illustrateurs) et enfants de 9 à 13 ans, pour inciter à la lecture (et découvrir le monde du livre) – du 15 au 19 octobre 2014

Le Quai, forum des arts vivants – Angers http://www.lequai-angers.eu/saison/passage

Cristophe 12/11/2014 14:50

Mais écrire de sa main n'empêche pas d'écrire comme un pied.

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog