Le Grand Livre, de Connie Willis

  • A l'ombre des nénuphars
  • Livres

En ce bel été, les fêtes médiévales dévoilent robes de coton coloré et joyeux combats d’épée… Oyez oyez ! Si vous pensez que vous auriez « adoré vivre au Moyen Âge ! », Kivrin Engle, historienne, y a vécu le temps d'une étude et peut vous en parler…

 

Le mot de l’éditeur

Quoi de plus naturel, au XXIe siècle, que d’utiliser des transmetteurs temporels pour envoyer des historiens vérifier sur place l’idée qu’ils se font du passé ? Kivrin Engle, elle, a choisi l’an 1320, afin d’étudier les us et coutumes de cette époque fascinante qu’aucun de ses contemporains n’a encore visitée : le Moyen Âge.

Le grand jour est arrivé, tous sont venus assister au départ : Gilchrist, le directeur d’études de Kivrin ; l’archéologue Lupe Montoya ; le docteur Ahrens ; sans oublier ce bon professeur Dunworthy, qui la trouve trop jeune et inexpérimentée pour se lancer dans pareille aventure et qui s’inquiète tant pour elle. Ses craintes sont ridicules, le professeur Gilchrist a tout prévu !

Tout, mais pas le pire…

Le Grand Livre, de Connie Willis

Mon avis

J’avais dévoré Black-out et All clear, et j’avais autant apprécié la complexité de l’intrigue que la riche documentation historique.

Ce roman est plus ancien, mais les qualités sont les mêmes : une intrigue haletante, un jeu sur les paradoxes temporels incroyable, une documentation précise sur les conditions de vie au XIVe siècle. On est loin de l’image édulcorée pseudo romantique de l’époque médiévale : les personnages de Connie Willis n’ont pas l’eau courante, donc ils puent, se grattent les puces et ont des chicots pourris en lieu et place de leurs dents. Pour autant, leurs préoccupations rejoignent les nôtres lorsqu’il s’agit de lutter face à la maladie, de pleurer la mort d’un enfant ou de recueillir une inconnue malade.

Le texte s’ouvre sur une citation de frère John Clyn : ce moine a tenu un journal très détaillé lors de la Grande Peste qui a ravagé la Grande-Bretagne en 1349. À son instar, Kivrin décide de tenir son propre journal. La technologie utilisée pour lui permettre de le faire sans attirer l’attention sur elle (une femme n’écrit pas au XIVe siècle) fait que Kivrin se met en position de prière lorsqu’elle raconte ses journées, ce qui la rapproche un peu plus de son modèle. Ce ne sera pas le seul point commun entre eux.

L’intrigue est une habile mise en abyme : outre le parallèle entre Kivrin et le frère John Clyn, à l’intérieur même du texte, l’auteure joue à faire affronter à ses personnages des situations identiques, mais en des périodes différentes. Les scènes se déroulant au XXIe siècle sont tout aussi prenantes : on se retrouve très vite dans un huis clos à l’ambiance terrifiante, et l’auteure se fait fort de nous rappeler que nous restons vulnérables aux plus petits des organismes qui peuplent la planète et qui sont capables de nous décimer malgré les prouesses technologiques dont nous sommes capables. On découvre des personnages que l’on retrouve dans Black-out et All clear, et certaines scènes du Grand Livre expliquent nombre de références et sous-entendus présents dans ces deux romans.

Ça se lit d’une traite, parce que le suspense est haletant, et ça ne peut que donner envie de découvrir les autres titres de la même série. Enfin, le travail acharné et la passion des étudiants du professeur Dunworthy rendent un superbe hommage aux historiens de toutes les époques.

 

Dans le même univers et du même auteur

Sans parler du chien (éditions J’ai Lu) (à lire après Trois hommes dans un bateau de Jerome K. Jerome)

Black-out (éditions J’ai Lu et Bragelonne)

All clear (éditions J’ai Lu et Bragelonne)

 

Informations complémentaires

Le Grand Livre, de Connie Willis

Traduction de Jean-Pierre Pugi

Éditions J’ai Lu – Diffusion Flammarion – Distribution UD

Dimensions : 11x17,8x2,7 cm

Prix : 8,90 €

EAN : 9782290341346

Date de parution : 22/03/2004

Escrocgriffe 05/08/2014 10:23

Encore un livre de Connie Willis qu’il me faut découvrir, merci pour l’info ;)

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog