Aucun homme n'est une île

  • A l'ombre des nénuphars
  • Livres

L’image du Che, mort en Bolivie, est une des plus déclinées de par le monde ; depuis cinquante ans, Fidel Castro tient Cuba. Depuis plus d’un demi-siècle, les États-Unis se mordent les doigts d’avoir échoué à la baie des Cochons.
Et s’ils avaient réussi ? Et si le Che n’avait pas quitté Cuba ?

Le mot de l’éditeur
Avril 1961. Le président Kennedy retient in extremis le débarquement des troupes antirévolutionnaires à Cuba : le fiasco de la Baie des Cochons n’aura pas lieu. Quelques mois plus tard, mieux préparés militairement, les Américains parviennent à envahir l’île et à renverser le régime castriste. Le Líder Máximo et ses troupes se retranchent dans les montagnes imprenables de l’Escambray, et la guérilla reprend. Ernest Hemingway, qui ne s’est pas suicidé au cours de l’été 1961, voit là une occasion unique de réaliser le scoop de sa vie : une interview de Castro et Guevara in situ. Accompagné par un faux photographe/véritable garde-chiourme de la CIA, cigare entre les dents et fusil en bandoulière, l’auteur de Pour qui sonne le glas reprend les sentiers de la guerre…

Mon avis
Dans ce roman choral, on suit des hommes qui ont façonné l’Histoire (la « vraie ») et qui ont laissé une trace de leur passage : Ernest Hemingway, et Fidel Castro avec le Che bien sûr. On marche également aux côtés d’hommes « normaux », fascinés par ces grands hommes, comme Nestor Almeideras (un cameraman débutant engagé dans les troupes castristes) et Richard Stone. On crapahute à Cuba, on participe à une bataille de la contre-offensive cubaine contre les Américains, on survit dans un camp, et le tout en plein guerre froide.
Brillant, hyper documenté (l'auteur a même ajouté une notice bibliographique), avec une intrigue évidemment ficelée comme il se doit (normal, c'est Christophe Lambert), et pour ne pas gâcher la couverture est de très bonne qualité (résistante, mate) avec une illustration très juste et un choix fort judicieux pour les polices de caractères et les couleurs utilisées.


(Merci à J’Ai Lu pour cette très belle découverte !)

 

Prologue

En lecture libre sur le site de l'éditeur

À (re) lire :
Pour qui sonne le glas, d’Ernest Hemingway
Souvenirs de la guerre révolutionnaire cubaine, d’Ernesto Che Guevara
À (re) voir :
Diaros de motocicleta (Carnets de voyage), de Walter Salles (2004)
Raisons d’Etat, de Robert de Niro (2006)

Informations complémentaires
Aucun homme n’est une île, de Christophe Lambert
Éditions J’ai Lu ; distribution UD Union distribution
Collection : Grand Format
Série : Nouveaux Millénaires
Dimensions : 13x20x2.2 cm
Prix : 16,00 €
EAN : 9782290072219
Date de parution : 05/03/2014

 

Aucun homme n'est une île

Escrocgriffe 21/03/2014 14:42

Une sacrée uchronie que voilà ! Et des personnages passionnants... Merci pour la découverte ;)

A l'ombre des nénuphars 28/03/2014 12:35

Pas de quoi ;). C'est J'Ai Lu qui a fait du bon travail, pour le coup !

Cristophe 18/03/2014 07:13

Aucun homme n'est une île mais c'est bien connu : les hommes sont des ports.

A l'ombre des nénuphars 28/03/2014 12:34

:D Excellent ! As-tu déjà pensé à écrire des micronouvelles ?

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog